Stargate Universe

De Stargate Wiki Sémantique
Aller à : navigation, rechercher
Stargate Universe
Image illustrative de l'article Stargate Universe
Logo de la série
Titre québécois La Porte de l'univers
Titre original Stargate Universe
Genre Série télévisée
Créé par Brad Wright
Robert C. Cooper
Distribution principale Robert Carlyle
Louis Ferreira
Brian J. Smith
Elyse Levesque
David Blue
Alaina Huffman
Jamil Walker Smith
Ming-Na
Compositeur thème musical Joel Goldsmith
Pays d'origine Canada
États-Unis
Langue originale Anglais
Nombre de saisons 2
Nombre d'épisodes 40
Liste des épisodes
Production
Producteurs exécutifs Brad Wright (1-2)
Robert C. Cooper (1-2)
Joseph Mallozzi (2)
Paul Mullie (2)
Carl Binder (1-2)
Durée 43 minutes
Compagnie de production MGM Television
Diffusion
Chaine de diffusion originale Syfy
Format d'image 16/9 (TV, DVD, Blu-ray)
Diffusion originale 2 octobre 2009 – 9 mai 2011
Chronologie
Émissions liées Stargate SG-1
Stargate Atlantis
Liens externes
Site Web stargate.mgm.com

Stargate Universe (abrévié SGU) ou La Porte de l'univers (titre québécois) est une série télévisée de science-fiction militaire canado-américaine faisant partie de la franchise Stargate. Elle suit les aventures à notre époque d'une équipe d'exploration multi-nationale voyageant dans un vaisseau spatial Ancien appelé Destinée situé à plusieurs millions d'années lumières de la Voie lactée et poursuivant un voyage programmé. Ils se retrouvèrent là suite à une évacuation forcée et cherchent maintenant par tous les moyens à retourner sur la Terre, tout en essayant de survivre et d'explorer les mondes inconnus de l'univers. La série, créée par Brad Wright et Robert C. Cooper, fut diffusée pour la première fois sur Syfy à partir du 2 octobre 2009. La série fait appel à une distribution d'ensemble et a été tournée principalement à Vancouver. Une seconde saison de 20 épisodes fut annoncée par Syfy en décembre 2009.[1]

Les dix premiers épisodes de la seconde saison ont été diffusés pour la première fois aux USA le 28 septembre 2010,[2] et les dix derniers épisodes furent montrés pour la première fois à partir du 7 mars 2011.[3] Syfy annonça le 16 décembre 2010 qu'elle ne prolongera pas Stargate Universe d'une troisième saison.[4] La seconde saison de SGU s'est donc achevée sur un semi-cliffhanger.[5] Afin de résoudre ce point, un film fut planifié. Cependant, du fait de contraintes de temps, le scénariste et producteur exécutif de Stargate Brad Wright annonça le 17 avril 2011 que le film SGU a été annulé.[6]

Au Québec, la série a été diffusée sur Ztélé à partir du 23 août 2010. En France, la série a été diffusée entre le 29 octobre 2010 et le 23 septembre 2011 sur Série Club et depuis le 11 février 2011 sur NRJ 12.

Vue d'ensemble de la série

Le SGC a établi la base Icare sur une planète lointaine dotée d'une Porte des étoiles alimentée par d'énormes sources de naquadria provenant du noyau de la planète. L'équipe, dirigée par le Dr Nicholas Rush, pense que la puissance fournie par le noyau de la planète pourrait leur permettre d'appeler une adresse à neuf symboles sur la Porte des étoiles, leur permettant d'accéder à des lieux encore non atteints dans la galaxie, mais il leur manque la traduction de l'écriture des Anciens pour comprendre la manière d'appeler cette adresse correctement. Le Dr Rush conçoit un jeu vidéo en réseau utilisé sur Terre afin de trouver des esprits intelligents pour interpréter le puzzle, formule qui est crackée par Eli Wallace, un jeune génie en mathématiques. Eli est amené un peu contre son gré sur la base Icare avec d'autres invités de marque à bord du Hammond, le dernier-né des vaisseaux de combats de classe Dédale. Parmi les invités se trouvent le sénateur Armstrong, l'approbateur des fonds dédiés au projet Icare, accompagné de sa fille Chloe. Ils sont présentés au personnel militaire de la base supervisé le colonel Everett Young, le colonel David Telford et le lieutenant Matthew Scott.

Le Dr Rush et Eli travaillent ensemble pour découvrir le moyen d'appeler le neuvième chevron au moment où la base se trouve attaquée par des membres de l'alliance louxienne. Le colonel Telford apporte un appui aérien contre les vaisseaux avec le Hammond tandis que la base commence à appeler la Terre par la Porte des étoiles. Mais le noyau de la planète est sur le point d'exploser. Le Dr Rush réalise alors que cette explosion les poursuivrait de la base jusqu'à la Terre et ordonne de recomposer l'adresse à neuf symboles suite à la déduction d'Eli, provoquant l'établissement réussi d'un vortex. Les membres survivants de la base Icare évacuent par le vortex juste avant que la planète n'explose. Ils se retrouvent coincés à bord d'un vaisseau spatial abandonné hors d'âge construit par les Anciens, appelé Destinée selon les données informatiques récupérées par Rush. Les quelques 80 survivants commencent à chercher les moyens d'assurer la sécurité de l'équipe. Le sénateur Armstrong, grièvement blessé et réalisant qu'il n'en a plus pour longtemps, se sacrifie afin de sceller une fuite d'air provenant de l'une des navettes du Destinée.

Tandis que le reste de l'équipe essaye de rendre le vaisseau habitable, le Dr Rush, Eli et d'autres scientifiques membres de la base Icare commencent à comprendre la raison d'être du Destinée ; ils ne peuvent pas contrôler directement le vaisseau, et découvrent que de temps à autre, il sortira de sa course en vitesse supraluminique et permettra à sa Porte des étoiles embarquée de se connecter à un certain nombre de planètes à proximité durant une période de temps déterminée avant de repartir dans sa course en VSL. Le vaisseau refait le plein lui-même en se plongeant dans la couche interne la plus profonde d'une étoile à proximité et récupérant de l'énergie de celle-ci. La première que l'équipage assista à cette manœuvre, elle envisagea le pire jusqu'au moment où ils comprirent de quoi il en retournait. L'équipage put malgré tout rester en contact avec la Terre en utilisant des pierres de communication Anciennes qui ont été récupérées de justesse par le colonel Young avant que la base Icare n'explose. Ils reçoivent alors l'ordre de poursuivre la mission découlant de la découverte du 9e chevron consistant à explorer les nouvelles galaxies inconnues tout en recherchant un moyen de pouvoir rentrer chez eux.

La mission de l'équipage évolue dans la saison 2 lorsque la mission des Anciens confiée au Destinée est découverte (Pour le bien de tous). Le Dr Rush craque le code maitre du vaisseau, lui permettant de contrôler ses systèmes et découvrant que les Anciens ont trouvé un modèle artificiel donnant sur un fond cosmique de micro-ondes qui pourrait est un reste du Big Bang. Cette découverte suggérait la possibilité d'une vie avant ou même immédiatement après le Big Bang et le Destinée fut lancé plusieurs millions d'années de cela pour étudier et engranger les données concernant cette éventualité. Alors que le Destinée n'a pas encore solutionné l'énigme après des millions d'années de recherche, la série s'achève avec l'équipage non seulement continuant de lutter pour sa survie, mais aussi recherchant l'éventualité d'une intelligence à l'origine de tout.

Distribution

  • Robert Carlyle (voix française Boris Rehlinger) dans le rôle de Nicholas Rush — Le « scientifique machiavélique brillant du vaisseau »[7] que le producteur Joseph Mallozzi avait appelé Dr David Rush au premier abord dans son blog vers la mi-novembre 2008.[8] L'équipage du vaisseau croit que Rush est en train de perdre la tête, mais tout ce qu'il fait a un objectif bien précis.[9] Carlyle expliqua dans un interview qu'après que Rush ait perdu sa femme victime d'un cancer, il fonça sur l'opportunité d'explorer la galaxie.[10] Mallozzi rectifia les rapports de casting vers la mi-décembre 2008[11] en précisant que Rush « n'est pas le leader de cette expédition improvisée. Cet honneur revient au colonel Everett Young. Pour le moment. Mais les choses pourraient évoluer à bord du vaisseau qui est manipulé par un groupe disparate qui comprend des volontés radicalement différentes... ».[7] Bien qu'il fasse partie dès le départ des personnages principaux,[12] Rush ne fit pas partie de l'analyse initiale des personnages.[13] Wright et Cooper voulurent au départ que le personnage ne ressemble à aucun autre des personnages principaux précédemment vus dans la franchise Stargate, « quelqu'un qui n'est ni le héros, ni le méchant et qui tient plus de la personne à la fois particulièrement faillible et extrêmement complexe. »[14] Environ un an avant d'être engagé, l'acteur écossais Robert Carlyle voulait tenter une nouvelle expérience dans sa carrière et se rapprocha des compagnies de télévision à Los Angeles. Ils lui offrirent plusieurs choix mais Stargate Universe fut selon lui le meilleur choix car voici « tout à coup un drame se déroulant dans l'espace, [et] dans le passé, c'était quelque chose qui manquait un petit peu dans le genre ».[15] Il était bien au fait du succès de la franchise Stargate et avait vu « pas mal de SG-1, ainsi qu'énormément d'Atlantis ».[16] Carlyle accepta le rôle à cause de la direction dramatique de la série voulue par Wright et Cooper, et il était « plus que préparé » à interpréter le personnage pour peut-être plusieurs années.[16] Carlyle conserva son accent écossais pour le rôle,[17] accent qui disparait dans la version française doublée.
  • Louis Ferreira (voix française Bruno Dubernat) dans le rôle d'Everett Young — Décrit dans l'analyse initiale des personnages comme étant un « ancien leader d'une équipe SG beau et compétent » d'une quarantaine d'années ayant le grade de colonel. Il est « comme le Jack O'Neill d'il y a dix ans » mais d'un abord plus incisif. Au début de Stargate Universe, il était marié depuis près de cinq ans et se retrouve commandant temporaire d'une base secrète hors de la Terre.[13] Young est l'opposant de Rush à bord du vaisseau.[10]
La distribution de Stargate Universe au Comic Con 2009.
  • Brian J. Smith (voix française Sylvain Agaësse) dans le rôle de Matthew Scott — Un militaire de l'US Air Force talentueux et bien entraîné, récemment affecté au SGC ayant le grade de lieutenant. Il est « mentalement non préparé à l'urgence de la situation » à bord du vaisseau. Il a été nommé Jared Nash dans l'appel de casting initial.[13] Avant d'être engagé, Brian J. Smith travaillait comme acteur de théâtre à New York pendant un an et demi. Smith enregistra son audition Stargate Universe et fut invité pour un bout d'essai à Los Angeles. Il reçut la nouvelle de sa confirmation d'engagement quelques jours après le bout d'essai.[18] Il se prépara pour le rôle en faisant des recherches sur l'armée. Il n'avait pas vu la série TV Stargate avant d'être engagé, mais s'est rattrapé ensuite avec une bonne partie des SG-1 visionnés.[14]
  • Elyse Levesque (voix française Céline Mélloul) dans le rôle de Chloe Armstrong — Elle est la fille d'un sénateur des États-Unis âgée de 23 ans, et son caractère est mis à l'épreuve « suite à la mort tragique de son père et les circonstances terribles liées au fait d'être prise au piège dans un vaisseau spatial. »[13] Son père (interprété par Christopher McDonald)[19] supervisait le projet Porte des étoiles visant à appeler le 9e chevron dans sa globalité.[20] Avant que les producteurs ne donnent le nom définitif, le personnage était d'abord appelé Chloe Carpenter[13] puis Chloe Walker.[20] « L'audition merveilleusement nuancée » de Levesque convainquit les producteurs de l'engager, car elle a montré une « palette impressionnante dans deux scènes très différentes [et] exigeantes ».[19]
  • David Blue (voix française Christophe Lemoine) dans le rôle d'Eli Wallace — Appelé Eli Hitchcock dans l'appel de casting initial,[13] Eli Wallace est un « tir-au-flanc de première » âgé d'une vingtaine d'année et pourtant c'est un « génie absolu » en mathématiques, informatique et d'autres domaines. Il est un marginal social adepte d'un « sens de l'humour au vitriol » qui manque de confiance en ses capacités. L'analyse du personnage le compare au « personnage de Matt Damon dans Will Hunting croisé avec un petit Jack Black ».[13] Il était la source principale de la partie comique de la série.[9] David Blue, auto-proclamé fan des séries de science-fiction, a vu tous les épisodes de SG-1 et d'Atlantis.[14]
  • Alaina Huffman (voix française Charlotte Marin) dans le rôle de Tamara Johansen — Appelée Tamara Jon dans l'analyse des personnages, elle est une infirmière du SGC d'environ 25 ans ayant une expérience hors de la Terre et le grade de lieutenant. Ses amis l'appelle « TJ ».[21] Il s'avère qu'elle est la personne la plus expérimentée dans le domaine médical à bord du vaisseau suite au décès du médecin de la base Icare dans l'épisode pilote Air (d'après le co-créateur Robert C. Cooper). Elle est d'origine modeste, mais elle est « belle, forte, intelligente et capable ». Elle a aussi un passé secret avec un des membres de l'équipage du Destinée nouvellement formé. Au début de la série, elle ne sait plus où donner de la tête à cause du manque de connaissances en médecine, d'expérience, de médicaments et de vivres à bord du vaisseau..[13] Mallozzi qualifia l'audition d'Huffmann en décembre 2008 de « tellement bonne, pour être honnête, nous aurions été fous de ne pas l'engager ».[19]
  • Jamil Walker Smith (voix française Serge Faliu) dans le rôle de Ronald Greer — Appelé dans les premiers documents de casting Ron « Psycho » Stasiak,[13] Ronald Greer est un marine « imposant, fort, silencieux » avec un passé mystérieux qui a du mal à contrôler son tempérament dans les situations de non combat. L'analyse du personnage le compare au personnage « Hoot » joué par Eric Bana dans La Chute du faucon noir.[13] Il a le grade de sergent (Master Sergeant).[22]
  • Ming-Na (voix française Yumi Fujimori) dans le rôle de Camile Wray (Camille Wray dans la VF) — Camile Wray est le premier personnage ouvertement gay de la franchise Stargate. Elle représente le CIS à bord du Destinée et soutient le commandement civil dans le vaisseau. Ming-Na fut créditée dans la distribution principale dans les deux premiers épisodes, puis fut reléguée au statut de personnage récurrent jusqu'à l'épisode Soupçons (Justice) dans lequel elle retrouve son statut de personnage principal.

Production

Conception

Les producteurs de Stargate Brad Wright et Robert C. Cooper conçurent Stargate Universe sous forme d'« une troisième entité complètement indépendante » de la franchise Stargate[23] – à l'opposé de Stargate Atlantis qui a ouvertement été créée comme un spin-off de la première série Stargate SG-1. Ils voulurent produire une série TV d'un style totalement différent avec une approche scénaristique plus fraîche et mature afin de ne pas paraitre répétitif.[24] Wright et Cooper avaient prévu à l'origine d'écrire le scénario du pilote de Stargate Unvierse durant l'été 2007, afin de pouvoir diffuser si possible en 2008.[23] Étant donné que leurs ambitions avec les précédentes séries Stargate ont été souvent revues à la baisse côté budget à s'en arracher les cheveux,[24] ils ont présenté la série avec le qualificatif de « série onéreuse » à Syfy à la fin de 2007. Bien que le qualificatif est été bien accepté,[25] le projet fut mis en sommeil à cause du travail en cours sur Stargate Atlantis et Stargate : Continuum, et aussi à cause de la grève de la Writers Guild of America de 2007/2008.[23][25] La série reçut officiellement le feu vert pour une première en 2009 le 22 août 2008, peu après l'annonce de l'annulation de Stargate Atlantis.[26] Il y eut une commande initiale de 40 épisodes répartis sur deux saisons.[27] Joseph Mallozzi expliqua qu'une nouvelle série coûterait moins cher en salaires et en autorisations qu'une éventuelle sixième nouvelle saison d'Atlantis.[28] MGM cofinança le projet.[29] Selon la co-star Robert Carlyle, chaque épisode avait un budget de 2 millions de dollars US.[30]

Brad Wright présenta la série et ses cinq premiers épisodes aux scénaristes et producteurs de Stargate Atlantis vers la mi-septembre 2008.[31] Wright, Cooper et Carl Binder produisirent la série tandis que Joseph Mallozzi et Paul Mullie travaillèrent comme scénaristes et producteurs consultants.[32] Les scénaristes de Stargate Atlantis Martin Gero et Alan McCullough apportèrent leur contribution mais ne firent pas partie de l'équipe scénaristique principale. De nouveaux scénaristes furent sollicités pour des scenarii freelance et d'éventuels postes dans l'équipe.[29] L'auteur John Scalzi fut engagé comme consultant créatif, « un travail de fond plutôt que de premier plan ».[33] La majeure partie de l'équipe de Stargate Atlantis, comme le coordinateur cascades James Bamford et le compositeur Joel Goldsmith, passèrent sur Universe.[34]

Casting

Des analyses simples concernant les personnages principaux de la série (créées pour les appels de casting) furent divulguées sur Internet le 17 septembre 2008.[13][35] Joseph Mallozzi expliqua que la réaction négative initiale des fans[12][31][32] était un cri du cœur spontané lié à l'annonce de l'annulation d'Atlantis faite peu de temps avant.[32] Brad Wright rejeta les commentaires négatifs qui selon lui ne sont qu'une réaction isolée face aux termes employés par le network : les analyses des personnages sont écrits dans le seul but d'aider les directeurs et agents de casting dans le processus de sélection, et « semblent toujours superficiels, et s'ils étaient écrits pour sembler être 'profonds', cela serait tout simplement ridicule ».[12] Robert C. Cooper expliqua que concernant l'âge moyen assez des personnages, la distribution de SG-1 était aussi particulièrement jeune lors de leur première saison. Les producteurs étaient à la « recherche de personnes avec qui l'on pourrait s'identifier plus facilement et plus contemporaines », avec « un point de vue monsieur tout-le-monde » lorsqu'elles font face à une épreuve.[35] Martin Gero considéra Stargate Universe comme une série d'ensemble, plus encore que ne l'étaient les deux précédentes séries Stargate.[36]

Des auditions eurent lieu à Los Angeles.[37] Les producteurs recherchaient des visages bien connus pour les rôles principaux, mais avaient aussi l'intention d'engager « soit des nouveaux visages, soit des personnes que vous avez vues dans d'autres choses sans même vous en rendre compte ».[35] Robert Carlyle fut le premier acteur de la distribution principale a être annoncé vers la mi-décembre 2008.[11] L'engagement de Louis Ferreira, David Blue, Brian J. Smith et Jamil Walker Smith dans la distribution principale fut annoncé à la mi-janvier 2009.[38] L'engagement d'Alaina Huffman et d'Elyse Levesque fut annoncé fin février 2009, en même temps que celui d'autres acteurs dont le statut de principal ou de récurrent restait encore à définir.[22] La distribution est d'origine américaine (Blue, B. Smith, J. Smith et Ming-Na), canadienne (Ferreira, Levesque et Huffman) et écossaise (Carlyle).

Écriture et tournage

Stargate Universe a été tourné aux Bridge Studios à Burnaby, Canada.

Les scénaristes commencèrent à ébaucher les histoires pour la première saison vers la mi-novembre 2008.[8] Les corps d'armée US Air Force et Marine Corps vérifièrent les scenarii.[39] Le tournage de Stargate Universe devait débuter le 4 février 2009[40] mais fut repoussé au 18 février 2009.[41] La série fut tournée dans les hangars 2, 4 (plateau Destinée) et 5 (plateau base Icare) aux Bridge Studios[42][43] (SG-1 et Atlantis étaient tournés dans les hangars 5 et 6) et en extérieurs autour de Vancouver.[40] La troisième partie de Air a été tournée aux alentours d'Alamogordo au Nouveau-Mexique de fin avril à début mai 2009.[44] Stargate Universe montre aussi des mondes générés par ordinateur et tournés sur fond vert.[12] La manière de filmer de Stargate Universe est tout à fait différente des deux autres séries et s'inspire du style de Cloverfield, comme si « une équipe de tournage de documentaire se trouvait à vos côtés dans cette aventure se passant au fin fond de l'espace ».[24]

publicité avant la diffusion

Sci Fi Wire publia des concept arts du Destinée en octobre 2008.[45] La première photo de la distribution (sans costume et en vêtements civils) fut publiée le 20 mars 2009.[46] Le même jour, Syfy commença a diffuser des bandes-annonces de 30 secondes d'Universe, montrant différents clips de l'équipe Universe à bord du vaisseau ainsi que la Porte des étoiles SG·U avec les premiers effets visuels.[47] MGM dévoila son site web revampé Stargate Universe le 8 juillet avec la possibilité de faire une visite guidée du Destinée, des interviews avec les acteurs, les profils des personnages ainsi que d'autres vidéos.[48] Joseph Mallozzi commença ensuite à poster des concept arts et des photos représentant l'envers du décor du plateau de SGU sur son blog. Brad Wright, Robert C. Cooper et la majeure partie de la distribution principale apparut lors du Comic Con de San Diego le 24 juillet 2009. Des scènes sur l'envers du décor sont tournées pour utilisation ultérieure en ligne et sur DVD.[14]

Préambule et thèmes

Stargate Universe se déroule à bord du vaisseau spatial Destinée qui a été lancé par la race connue sous le nom d'Anciens depuis la Voie lactée il y a plusieurs millions d'années de cela.[49] Plusieurs vaisseaux furent lancés avant lui pour implanter l'univers avec des Portes des étoiles. Les Anciens avaient prévu d'utiliser la Porte des étoiles du Destinée pour embarquer à bord du vaisseau quand il se trouverait assez loin dans l'univers, mais finirent par abandonner le projet pour notamment se concentrer sur l'ascension. Pour atteindre le vaisseau, une adresse comprenant neuf chevrons devait être composée, une possibilité qui n'était pas envisageable dans les autres séries Stargate à cause des limites liées à l'énergie nécessaire pour l'activation.[25]

La série débute au moment où une équipe de militaires et de scientifiques de la Terre de nos jours s'échappe par la Porte des étoiles et arrive à bord du Destinée après l'attaque de leur base.[50] Une bonne partie des systèmes de base du vaisseau sont endommagés ou tombent en panne, et ils sont dans l'incapacité de revenir sur Terre et même de manœuvrer le vaisseau. Malgré tout, le Destinée s'arrête de temps en temps afin de permettre d'appeler des planètes via la Porte des étoiles afin de trouver le nécessaire pour réparer le vaisseau et assurer la survie de l'équipage.[16][24] Les scénaristes ont évoqué l'idée selon laquelle chaque saison représenterait un voyage du Destinée dans une galaxie différente.[51]

Stargate Universe a pour objectif de réunir à la fois les vétérans et des nouveaux, étant fermement enraciné dans la mythologie Stargate sans toutefois y faire trop souvent référence.[24][31] Elle retient les thèmes familiers Stargate sur l'aventure et l'exploration,[24] mais se concentre particulièrement sur les personnes se trouvant dans le vaisseau.[32] SGU a plus l'aspect d'un feuilleton que ses prédécesseurs bien que les scénaristes aient essayé de résoudre l'histoire de chaque personnage au sein d'un même épisode.[24] Il y eut un effort de fait pour éviter que SGU soit trop sérialisé, la sérialisation ne servant principalement qu'au développement des personnages.[14] L'industrie a qualifié la série avec les mots « sombre et audacieuse ».[24] Selon Robert C. Cooper, l'essence de l'histoire est « cette sorte de crainte et de terreur provoquée par la tragédie combinée avec cette sensation qu'il existe un espoir pour nous dans moyens de base afin d'assurer la survie d'êtres humains ».[24] L'intensité dramatique est conjuguée avec des pointes d'humour afin d'éviter toute prétention. La barrière entre le bien et le mal est beaucoup moins visible car le vaisseau est peuplé de personnages imparfaits et non préparés et qui surtout n'étaient pas supposés se retrouver là.[24] Selon Brad Wright, la série devrait « heureusement explorer les véritables aliens, et [eviter] les anglophones à visage caoutchouté ». Il y a des aliens, mais certainement pas une race antagoniste dominante comme les Goa'uld de SG-1 ou les Wraith d'Atlantis.[12][24]

Réception

Réception critique

La première saison de la série a obtenu un score de 61 sur 100 sur le review aggregator du site web Metacritic.[52]

Liens externes

Références

  1. « Syfy renews 'Stargate: Universe' and 'Sanctuary' », The Live Feed,‎ (consulté le 14 décembre 2009)
  2. « Stargate Universe Episode List on IMDb », imdb.com (consulté le 24 février 2011)
  3. « Syfy Schedule » (consulté le 24 février 2011)
  4. « Syfy Cancels "Stargate Universe" »,‎ (consulté le 16 décembre 2010)
  5. http://tv.ign.com/articles/116/1167032p1.html
  6. Chad Colvin, « SGU continuation, other movies dead — for now », GateWorld,‎ (consulté le 17 avril 2011)
  7. 7,0 et 7,1 Joseph Mallozzi, « December 15, 2008: Robert Carlyle Onboard, Earl Carl binder Scaramungous, and My Booziest Post Ever! », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 16 décembre 2008)
  8. 8,0 et 8,1 Joseph Mallozzi, « November 11, 2008: Spinning Stargate: Universe — Day One », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 13 novembre 2008)
  9. 9,0 et 9,1 Meredith Woerner, « Carlyle Reveals Why This Is The Darkest Stargate », io9,‎ (consulté le 17 mars 2009)
  10. 10,0 et 10,1 Darren Sumner, « Robert Carlyle reveals Dr. Rush’s past ... and conflicted present », GateWorld,‎ (consulté le 18 juillet 2009)
  11. 11,0 et 11,1 Nellie Andreeva, « Robert Carlyle is next 'Stargate' leader », The Hollywood Reporter,‎ (consulté le 15 décembre 2008)
  12. 12,0, 12,1, 12,2, 12,3 et 12,4 Mallozzi, Joseph and Wright, Brad, « January 2, 2009: Brad Wright Answers Your Questions », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 3 janvier 2009)
  13. 13,00, 13,01, 13,02, 13,03, 13,04, 13,05, 13,06, 13,07, 13,08, 13,09 et 13,10 Darren Sumner, « Meet the Stargate Universe team! », GateWorld,‎ (consulté le 18 septembre 2008)
  14. 14,0, 14,1, 14,2, 14,3 et 14,4 Cooper, Robert C., Wright, Brad, Blue, David, Smith, Brian J. - Stargate: Universe — Comic-Con 2009 Panel : SCI FI Wire Exclusive , syfy.com,‎ (consulté le 1er août 2009)
  15. Scott Collura, « Exclusive: Carlyle Discusses Stargate – Trainspotting, 28 Weeks Later thespian is in the Universe. », IGN,‎ (consulté le 21 mars 2009)
  16. 16,0, 16,1 et 16,2 Ian Spelling, « Stargate Universe's Robert Carlyle reveals new episode details », scifiwire.com,‎ (consulté le 19 mars 2009)
  17. Joseph Mallozzi, « February 1, 2009: Dogs, Mailbag, and NFL — I Renounce Thee! », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 2 février 2009)
  18. David Read, « Future Face – GateWorld talks with Brian J. Smith », GateWorld,‎ (consulté le 4 février 2009)
  19. 19,0, 19,1 et 19,2 Joseph Mallozzi, « February 25, 2009: Finally, That Cast Announcement! », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 26 février 2009)
  20. 20,0 et 20,1 Darren Sumner, « New SGU character breakdowns: Senator Walker and I.O.A. rep », GateWorld,‎ (consulté le 10 janvier 2009)
  21. Joseph Mallozzi, « August 28, 2009: Deciphering the Results! Actor Peter Kelamis! And Random Set Pics! », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 29 août 2009)
  22. 22,0 et 22,1 « Lou Diamond Phillips, Ming-Na join Stargate Universe cast », scifiwire.com,‎ (consulté le 26 février 2009)
  23. 23,0, 23,1 et 23,2 Darren Sumner, « Universe deals with ninth chevron », GateWorld,‎ (consulté le 3 avril 2007)
  24. 24,00, 24,01, 24,02, 24,03, 24,04, 24,05, 24,06, 24,07, 24,08, 24,09 et 24,10 Darren Sumner, « An Expanding Universe – GateWorld talks with Brad Wright & Robert Cooper », GateWorld,‎ (consulté le 22 avril 2009)
  25. 25,0, 25,1 et 25,2 Sumner, Darren & Read, David, « Stargate Universe Revealed! », GateWorld,‎ (consulté le 5 avril 2008)
  26. (en) James Hibberd, « "Stargate" stays open with new series », Reuters,‎ (lire en ligne)
  27. (en) James Hibberd, « Syfy defends canceling Stargate Universe », EW.com,‎ (lire en ligne)
  28. Joseph Mallozzi, « Exclusive interview with Joe Mallozzi », SG-1 Solutions,‎ (consulté le 18 septembre 2008)
  29. 29,0 et 29,1 Joseph Mallozzi, « November 13, 2008: Get Your Own Staff Weapon, Jelly Under the Weather, and Spinning Stargate: Universe Day #3 », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 14 novembre 2008)
  30. (en) Andrew Pettie, « Robert Carlyle: "I’ve had it with British films" », Telegraph.co.uk, London,‎ (lire en ligne)
  31. 31,0, 31,1 et 31,2 Joseph Mallozzi, « September 18, 2008: Saying Goodbye to SGA, Looking Forward to SGU », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 19 septembre 2008)
  32. 32,0, 32,1, 32,2 et 32,3 Mark Wilson, « Interview: Stargate Writer-Producer Joseph Mallozzi », About.com,‎ (consulté le 8 février 2009)
  33. John Scalzi, « One of My Big Announcements for January », scalzi.com,‎ (consulté le 14 janvier 2009)
  34. Joseph Mallozzi, « January 31, 2009: I’ll take a DVD, an eight-track cassette, and a tincture of laudanum », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 1er février 2009)
  35. 35,0, 35,1 et 35,2 « Across The Universe », mgm.com,‎ (consulté le 7 novembre 2008)
  36. David Read, « Crossroads – GateWorld talks with Martin Gero », GateWorld,‎ (consulté le 8 décembre 2008)
  37. Joseph Mallozzi, « December 16, 2008: Dinner at the DB Bistro », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 17 décembre 2008)
  38. « Press release: Four more SGU Cast Members Announced! », MGM,‎ (consulté le 17 janvier 2009)
  39. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées jm_090124.
  40. 40,0 et 40,1 David Sumner, « Stargate Universe to film in February », GateWorld,‎ (consulté le 12 septembre 2008)
  41. Sumner, Darren & Read, David, « Stargate Universe begins principal photography », GateWorld,‎ (consulté le 18 février 2009)
  42. Joseph Mallozzi, « March 20, 2009: Promo Particulars, DeLuise Directs, and a Modest Mailbag », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 21 mars 2009)
  43. Joseph Mallozzi, « January 20, 2009: The Return of Norman Shuttlecock Junior », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 21 janvier 2009)
  44. « "Stargate: Universe" to shoot episode in Alamogordo; will hire 75 local crew members », Las Cruces Sun-News,‎ (consulté le 11 mars 2009)
  45. Meredith Woerner, « Stargate Universe Concept Art Takes You Inside The Starship Destiny », io9,‎ (consulté le 24 septembre 2010)
  46. Michael Ausiello, « Exclusive first look at cast of 'Stargate: Universe' », Entertainment Weekly,‎ (consulté le 6 avril 2009)
  47. Darren Sumner, « Watch the first Stargate Universe preview! », GateWorld,‎ (consulté le 21 mars 2009)
  48. Darren Sumner, « MGM reveals new official SGU site! », GateWorld,‎ (consulté le 18 juillet 2009)
  49. Joseph Mallozzi admit sur son blog : « Il (Rush) a fait une erreur ou bien a fait semblant de savoir, assumant qu'un fan au courant ne lui montrerait pas cette erreur. »
  50. (en) « Carlyle to star in Stargate show », BBC News,‎ (lire en ligne)
  51. Joseph Mallozzi, « January 26, 2009: City of Saints and Madmen, by Jeff Vandermeer », josephmallozzi.wordpress.com,‎ (consulté le 27 janvier 2009)
  52. « Stargate Universe », Metacritic, CNET Networks (consulté le 13 mars 2015)